Moi et ma Pomme

Déboires d'un obsédé textuel

Archive for octobre, 2010

Puberté, légalité, énormité…

6 comments

De mauvais foie à mauvaise foi, il n’y a qu’un pas. En plus, en ce moment, aucun des deux n’est en forme. Je ne sais plus lequel a influencé le second pour qu’ils se retrouvent en aussi piteux état.

Le mauvais foie peut s’expliquer par des revendications sociologiques. Après avoir longuement tenté d’être un saint, en vain, je me suis penché sur une voie radicalement opposée. La débauche, comme le souligne Herman Hesse, est une fuite du train de vie mainstream-bourgeois mais aussi, en quelque sorte, une recherche de l’extrême. Trouver des repères inexistants au fond d’un grand vide absurde semble parfois justement très rationnel, alors si en plus cette attitude légitime les vodkas ingurgités, la débauche s’inscrit parfaitement dans une démarche de joie intérieure.
De plus, s’abandonner à des postures ridiculement défoncés peut aussi dénoter un certain activisme politique, du moins une revanche personnelle sur un passé rigide. C’est la liberté d’être débarrassé des obligations d’adolescents. C’est l’instant bref où les horaires n’ont plus d’importance, où mon baromètre de tolérance atteint son climax et que je bégaie. Bref, des illusions très sympa.

En général, c’est le lendemain que ma foi répond à mon foie. Même ma pomme ne parvient à les calmer. « Tiens, encore un nouveau cas de pédophilie chez les prêtres ». Rien de très nouveau. De toute façon, les fidèles font, de nos jours, plus confiance à l’église cathodique qu’aux racontars arriérés de vieux pervers. Reste à savoir si la TV compte en son saint (désolé, c’est plus fort que moi) plus de tordus que son ancienne concurrente au trône de l’abrutissement. Au moins, le nouvel écran plasma ne viendra jamais nous caresser nos cheveux d’enfants de chœur au nom de notre salut. Bien qu’on ne sache ce qui adviendra avec les nouvelles technologies, dans un futur proche ou parallèle

Par contre, Ben Laden veut s’en prendre à la France pour ses nouvelles lois sur le niqab. Tuer pour imposer son idéologie, je n’adhère pas spécialement. Mais je ne comprends pas pourquoi la France interdit le port complet du voile. Si ces dames préfèrent se voiler la face, laissons-les; c’est tellement mignon.

Collection "Between" du créateur Hussein Chalayan - 1998

Néanmoins, je pense finalement que Hesse s’est trompé sur sa critique du confort bourgeois. La télévision est l’instrument qui pousse inévitablement le spectateur vers l’avachissement et le réconfort. Ce bien-être moyen est pleinement représentatif du mode vie sans danger-bourgeois, le politiquement correct. Pourtant, elle forme une nouvelle sorte de religion car elle nous offre des croyances illusoires en des idéaux pépères. La religion vécue intensément se retrouve ainsi retransmise par la religion moyenne. En effet, les ondes cathodiques nous présentent des images d’extrémistes soit se faisant exploser au nom de leur dieu, soit  enculant des mioches tripotant des gamins pré-pubères. Et là, d’un coup, je ne veux plus essayer ni la voie du milieu ni celle de l’extrême présenté par le chroniqueur de Siddharta. Alors, obligatoirement, il ne me reste plus que la débauche…

C’est quand même dingue ce qu’on peut écrire pour justifier une gueule de bois!

Written by gringoteq

octobre 29th, 2010 at 2:33

Gourde mais brève!

one comment

Aujourd’hui, c’est la cata. Je re-découvre avec horreur combien je suis naïf et combien je me fais avoir. Mes feuilles de paie ressemblent à mes déclarations d’impôts. Cependant, je ne sais jamais qui reçoit le plus: ais-je contribué plus que mon portefeuille n’a jamais perçu??

Financièrement perturbé par ma candeur spéculatrice, cette vidéo révèle mon état d’esprit confus. Ce n’est pas que je cautionne les actes de ces casseurs, mais j’aime l’esprit de destruction qui les anime. D’ailleurs, ce n’est pas l’esprit mais l’acte qui me plaît, qui me défoule. Le sort de la vendeuse est triste, mais je ne la connais pas. Je ne vais pas commencer à compatir pour tous les inconnus que je croise, sinon je ne sortirais plus jamais de mon terrier pour me couper du monde… Bref, sans jugement sur les partis impliqués, je transpose mon aigre ressentiment de frustration dans cette violence nomade. Rien de bien nouveau, c’est une des raisons pour laquelle les films d’actions et les sports genre wrestling ont autant de succès.

Mais ensuite, ce qui m’a grandement plu, c’est l’homme qui traverse avec une apparente insouciance cette confusion barbare. Personne ne le touche, il n’est pas inquiété par les casseurs de casseurs (et vis et perceuse) et il s’en va cheminant limite un brin de paille entre les dents. Lucky Luke faisait déjà cela mais c’était parce qu’il jouissait d’un statut spécial. Alors, si les excités du gourdin m’ont quelque peu détendu (sans mauvais jeu de mots…), c’est pourtant comme cet homme que j’aimerais être. Imperturbable parmi l’océan de confusion qui m’anime!

Written by gringoteq

octobre 19th, 2010 at 7:28

Posted in Non classé