Moi et ma Pomme

Déboires d'un obsédé textuel

Archive for mai, 2011

Prise d’inconscience!

one comment

S’il y a un mot que je déteste, surtout en cette période, c’est procrastination. Ce mot que les paresseux usent à tout vent, se justifiant de leur ignorance en étalant un vocabulaire faible avec l’honneur du raté. C’est vrai, c’est facile, ça rempli bien la discute et puis ça donne rapidement un mélange « scientifique décontracté », un truc presque à la Jurassic Park, qu’on sort même dans les moments de stress. Genre tu viens de rater tes exams (dans Jurassic Park, c’est le moment où le Tyrannosaure arrive) et tu réponds tranquillement que c’est à cause de la procrastination (au lieu de fuir, le héros explique tranquillement qu’ils ont affaire à une bête très méchante. Avec une pointe d’humour, il leur fait comprendre qu’ils vont mourir. Mais peut être que ce n’est pas dans Jurassic Park…)

Read the rest of this entry »

Written by gringoteq

mai 20th, 2011 at 6:54

Coming Out !

leave a comment

Depuis de longues années, je cache un lourd secret. C’est un poids mental qui m’oppresse et me met mal à l’aise en société. Je dois parfois fuir des regards, jouer des attitudes qui ne sont pas miennes, enterrer des sentiments très loin pour qu’ils ne ressurgissent pas au moment inopportun. Cette peur est due à mon entourage qui m’apprécie plus ou moins comme je suis, mais me détesterait s’il apprenait quelle est ma réelle personnalité. Chaque jour, je dois endurer le fléau de mes sentiments contraires, lutter pour être ce que je ne suis pas. J’ai beau refouler cette pléthore de passions contraires, je m’emporte dans un désespoir profond duquel je ne sais sortir.

Mais cette fois c’est allé trop loin, je ne peux plus le cacher. C’est ma petite chérie qui en souffrira le plus, mais il faut que je me mette à nue. Cette autodélation creusera un écart entre moi et mes amis les plus proches, ceux qui ont l’habitude de me côtoyer. Je sais qu’ils feront semblant de rien, qu’ils tenteront de dissimuler cette espèce de dégoût qui les gagnera, mais je n’en ai cure. Je dois m’accepter comme je suis. Bien sûr, au début, ils ne pourront réprimer leur effroi. C’est naturel quand on pense que pendant de longues années je leur ai caché mes réels sentiments. Il est vrai que j’ai dissimulé ces frissons qui m’ont transpercé, ces émois qui m’ont transformé en champ magnétique du désespoir, en tsunami phallique, en explosions virginales. Oui, je l’avoue: j’aime David Guetta.

Read the rest of this entry »

Written by gringoteq

mai 16th, 2011 at 6:52