Moi et ma Pomme

Déboires d'un obsédé textuel

Archive for décembre, 2011

Man Vs Web

leave a comment

Attention, le texte que vous allez lire a été écrit sans trucages. Toutefois, nous vous déconseillons de tenter l’expérience car vous risqueriez d’y prendre goût.

A chaque épisode, Memp Grylls se plonge dans des conditions de survie banale. Cette fois-ci, la nuit sombre sans internet.

 

Bon, voilà. Il est exactement 01h00. Je suis couché dans mon lit, la lumière est éteinte et ma petite amie dort à mes côtés. Je viens de terminer un des films les plus fleur-bleue que j’ai déjà vu et je n’ai malheureusement plus rien pour me distraire. Il m’est encore impossible de trouver le sommeil et me laisser aller à mes pensées sans rien faire est un exercice très périlleux. Je décide d’aller sur internet.

Quand vous arrivez sur le net, faites toujours attention à ne pas ouvrir directement un site porno. De nombreux utilisateurs se sont retrouvés dans cette situation et en sont devenus accros. La meilleure chose à faire est encore de passer par la bonne vieille méthode du narcissisme. Ouvrez directement votre page Facebook ou Twitter. Rapidement, le flux d’informations vous submergera et vous fera oublier vos velléités animales premières.

Lorsque vous êtes dans une situation identique à la mienne, cherchez d’urgence le meme salvateur. Un bon meme contient plus d’humour que trois vidéos-gag réunis. Pour bien les trouver, optez pour 9gag, facile d’accès et de compréhension. Certains préfèrent encore 4chan mais cette solution est plus dangereuse car la photographie pornographique à caractère pédophile y est encore très présente. Une fois votre soif de cynisme étanchée (3 heures après), vos yeux s’alourdissent autant que votre mauvaise conscience. Vous culpabilisez pour le réveil difficile qui vous attend et parvenez à trouver le sommeil.

Cependant, dans la situation qui m’occupe, un détail change ma vie en survie. Le voisin décide de couper son wifi.  Internet ne fonctionne plus pour une raison mystérieuse. Je ne peux plus parcourir les pages de l’excellente BD que je viens de découvrir. Quand vous êtes en situation de survie, vous n’avez droit qu’à une seule chance. Soit vous réussissez, soit vous mourrez. Je sais que dans mon cas, si je ne fais pas quelque chose dans les minutes qui suivent, je risque de faire face à un moment d’ennui.

L’ennui est le plus grand ennemi de l’homme. L’année passée, des centaines d’êtres humains se sont donné la mort par ennui. L’ennui emmène certain à faire n’importe quoi, comme écrire sur un blog ou poster de photos de soirée en tirant la langue. Il advient même que, dans des cas extrêmes, l’individu décide de faire de la politique ou écrire « Je t’<3 » sur Facebook. Faites donc toujours très attention à ne pas sombrer dans l’ennui.

Quand internet se coupe, le réflexe de chaque individu est d’actualiser la page. Un geste simple et parfois efficace. Dans mon cas, ça ne fonctionne pas. Je dois aussi rester prudent car un félin sauvage nourri aux Friskies rôde aux alentours. Dans la pénombre qui enveloppe le halo de mon ordinateur, je ne distingue aucune forme mouvante. A peine, quelques étoiles lumineuses. La persistance rétinienne est un symptôme classique qui survient lorsque l’on fixe l’écran de l’ordinateur pendant trop longtemps.

Après avoir actualisé la page 8 à 9 fois consécutives, je comprends l’impuissance de la nature humaine face au manque de wifi. Je commence à désespérer d’être loin de mes memes, de mes notifications et de mes hashtags. Mais je n’ai pas le temps de m’apitoyer. Le félin s’approche.

Pffiou. Ça a été l’une des minutes les plus longues de ma vie. J’ai vraiment cru que j’aurai internet. J’ai réactualisé la page au moins 10 fois sans obtenir de résultat. J’ai pensé à Noël, les cadeaux, les dérives commerciales. Puis aux gens qui s’en foutent ou qui de toute façon n’ont pas d’autre choix que de s’en foutre, vu qu’ils n’ont rien. Et puis, aussi cette idée qu’à cette période, on a beau être chez les descendants des Lumières, on célèbre encore la venue d’un fouteur de merde. autant essayer d’en faire un meme.

Pour faire un meme, il vous faut une photo, une idée et un programme. Photoshop est un excellent programme pour modifier n’importe quelle image et y ajouter une phrase spirituelle. Mais quand vous êtes en situation de survie, faites avec les moyens du bord.

J’ouvre une photo dans Paint, une autre dans la visionneuse de Windows. Je rogne l’image dans la visionneuse pour ne garder que ce qui me plaît. Ensuite, je l’incline, la mémorise et l’importe sur Paint. Je colle les deux images, j’y ajoute du texte et mon meme est prêt. Ah, que c’est bon. Jamais un meme ne m’a paru aussi bien qu’avec Paint.

La nuit est profondément avancée. Je décide de rédiger un texte ironique où je parodie Bear Grylls pour me plaindre de mes insomnies. Ce fut une expérience très instructive. J’aperçois la petite roue qui tourne, internet est à nouveau dans les parages. Déjà, mon navigateur est rempli de bleu. Un petit oiseau siffle dans le nuage. Il ne me reste plus qu’à twitter.

 

Written by gringoteq

décembre 21st, 2011 at 2:56

Maïeutique mondaine

leave a comment

Votre verre de champagne en main, vous promenez votre gracieuse poitrine sur les dalles marbrées d’une réception folâtre.  Désespéré par les convenances qui vident d’intérêt tout contact humain, vos yeux finissent fatalement par s’échoir sur les courbes voluptueuses d’une blondasse fraîche et encore presque mineure. Vous décryptez sur son rictus affable le goût de la déliquescence.

Emporté par cet espoir miraculeux de vous sortir de cette solitude mondaine, le Dom Juan qui en vous sommeille s’élance d’un pas calme et mesuré vers cette créature aux charmes appétissants. Dans vos yeux lubriques déjà se cristallisent des scènes de levrettes sauvages et de claques sensuelles. Mais lorsqu’enfin vous approchez votre cible, vous vous apercevez avec dépit que d’autres âmes ont décidé de garer leur Hummer cérébral sur les flancs de la désirée.

Usant de stratagèmes irrévocablement ennuyeux, mais ô combien plébiscité dans les consciences respectables de l’institution médiatique, ces êtres bienséants exposent leurs opinions sur l’air du temps. L’air et le temps ayant été épuisé dans le préambule météorologique auquel vous avez échappé grâce à ce serveur maladroit, vous assistez donc à un échange courtois d’opinions vagues et uniformes.

Bien sûr, dans votre incommensurable supériorité intellectuelle, vous méprisez ces misérables tentatives dialectiques par un simple « De toute façon, ça ne changera jamais ». Vous en seriez bien resté là mais cette poule aux formes généreuses n’a même pas détourné le regard en direction de cette voix intrusive et grossière qui était la vôtre. Parallèlement, vos congénère, entendez ces autres individus régis par un tube de chair parfois dur, continuent leur mélopée.

@Drink a Lol

Dans cette dernière, viennent se heurter nombres de lieu-dit sur la politique, la bonne marche du monde, la décadence générationnelle et autres scléroses cryptiques. Vous réussissez tout juste à ne pas dire « Vaut mieux être con qu’incontinent » car vous vous souvenez du réveil mouillé qui a suivi ce fameux trou noir. Et toujours cette vestale de remplir son rôle, chair habillée déposée sur l’autel des civilités attendant son heure pour être dévorée.

Légèrement découragé, vous pensez à ce blog miraculeux dispensant des conseils à haute teneur philosophique. MeMP, la voix de la sagesse profonde. Très profonde. Et soudain, ce commentaire fantastique, déclinable sur toute sorte de bavardage politique, qu’il soit consumériste, communiste, capitaliste, réactionnaire ou Justinbieberiste.

« L’expérience paradigmatique de la notion rationnelle est limitée par le sentiment épistémologique propre aux configurations européennes des mouvements populistes. [1]»

Naturellement, cette saillie prononcée avec une voix où s’expriment tous les délices de l’arrière-pays piémontais plongera votre assistance dans une stupéfaction envieuse. Personne n’aura rien compris, pas même vous. Mais on s’en fout. L’important est que celle qui dans vingt minutes criera votre nom dans un oreiller vous aie entendue. Le reste n’est qu’une histoire de doigt dans l’anus et autres dérives épistémologiques.

Il se peut que ce plan ne fonctionne vraiment pas. Parce que vous êtes incapables de le mener à bien, cela va sans dire. MeMP ne donne jamais de conseils foireux. Dans ce cas, il vous reste YouPorn.

Santé !

 



[1] = Le peuple est con !