Moi et Ma Pomme

Déboires d'un obsédé textuel

Archive for août, 2014

Bruxelles, ville dortoir ?

leave a comment

Machine institutionnelle la journée, dortoir la nuit, Bruxelles devient, selon certaines rumeurs, un centre de travail, où les loisirs ne sont autorisés qu’en regard d’une vie professionnelle bien remplie. MeMP fait semblant d’enquêter.

 

Blade_Runner

Depuis quelques mois, des rumeurs courent sur la transformation du paysage urbain bruxellois. Un vaste plan machiavélique ourdirait de transformer une vieille bourgade joyeuse, peuplée de barbares assoiffés de cervoises, en une cité dortoir. Centre névralgique de l’Europe, Bruxelles délaisserait ses vieilles masures au profit de grandes avenues bordées d’immenses immeubles dans lesquels circuleraient nerveusement des putains de costards-cravates.

Repaire de lobbys en tout genre, ce nid de vipère adopterait une apparence en accord avec sa fonction : diriger le monde avec une efficace exactitude. Plus de place pour l’échec. La ville de demain devrait être suffisamment aérée pour laisser transiter les hommes d’état sans être dérangé par les humains secondaires  : les clodos, les manifestants, les acharnés de la techno et le reste.

Tout ceci n’est que supposition. Il est dur d’imaginer les factions dirigeantes suffisamment efficaces que pour réussir à transformer la ville en une smart-city, toute droite sortie d’un roman de science-fiction.

Fabulations ou observations véridiques ?

Néanmoins, ces rumeurs avancent quelques points non-négligeables. S’il y a des afficionnados du fact-checking dans la salle, levez-vous. Coincé dans mon sofa avec un sale torticolis, je peux difficilement vérifier.

-          Le nombre de policiers en ville aurait considérablement augmenté ces dernières années. Dans un communiqué du FDF, datant de 2011, Bernard Cleyrfat affirme que la moyenne bruxelloise, en dehors de la zone Bruxelles-Ixelles, est de 256 habitants pour 1 policier. Perso, j’ai l’impression qu’il suffit de traverser la rue pour tomber sur une patrouilleuse.

-          Les commerces doivent fermer chaque fois plus tôt. Les « pakis », autrefois ouvert jusque 4/5 heures du mat’ ( ?), baissent aujourd’hui leurs stores avant 1h30.

-          Le tapage nocturne est invoqué trop fréquemment, et souvent dans des situations qui ne le justifieraient pas.

-          Interdiction de boire de l’alcool en rue dans certains quartiers. Ainsi, sur la place du Châtelain, le mercredi soir accueillait traditionnellement toute une ribambelle de joyeux fêtards qui s’avinaient jusqu’aux petites heures. Les petites heures ont été ramenées à 18h, transformant un sympathique marché en un désert pédant.

-          On entend de plus en plus parler anglais. Cette augmentation signifierait que Brosella se fait envahir par la perfide Albion. Sous-titres : augmentation du nombre d’étrangers = importance accrue de la communauté européenne = place aux friqués, adieu les résidents dans la dèche = augmentation du prix du loyer = ville adaptée à des citoyens travailleurs = horaires de technocrates = nique sa mère les bars de nuits = Bruxelles, ville dortoir

-          Des caméras sont installées à de (trop) nombreux coins de rue. L’espace public devient un espace ultra-surveillé, au nom de la sécurité.

Bruxelles, envahie par les technocrates, feraient donc fuir les Ménapiens rigolards et deviendrait un genre de forteresse du calme. Orchestrée d’une main de fer, sécurisée par des caméras et des flics omniprésents, la ville de Bruxelles serait la nouvelle Mecque des entreprises.

Agoria, fédération de technocrates regroupant quelques 1700 entreprises et 275.000 personnes, n’est pas de cet avis. Selon elle, « pas moins de 10.000 familles de la classe moyenne ont choisi de quitter Bruxelles pour s’installer en Flandre ou en Wallonie. »
Les causes ? « Les taxes communales en Région bruxelloise ont augmenté en 2013 de 8,7 %. Cette hausse s’ajoute à la hausse de 6,5 % de l’impôt des entreprises entre 2007 et 2012. Durant la même période, les impôts communaux n’ont quasiment pas évolué en Flandre (+0,3 %) et ont augmenté légèrement en Wallonie (+3,1 %). »

Alors…Bruxelles, ville de ronfleurs honnêtes et travailleurs ?

Cet article ne répondra pas à la question car il n’est qu’aux prémices de la réflexion. Toutefois, il s’achèvera  avec un aperçu des nouveaux quartiers de l’OTAN (NATO Headquarters),  érigés sur la route pour l’aéroport de Zaventem.

« Le nouveau quartier général comptera 250.000 m² de superficie utile, répandue sur 7 étages. En dehors des 120.000 m² d’espace de bureaux, les employés de l’OTAN pourront faire usage d’un centre de conférences, de salles de réunions modernes, de facilités médiatiques, d’un restaurant, d’une banque, d’installations de sport et de récréation et d’un centre de personnel. Il y aura également un bâtiment technique pour l’apport en énergie, des magasins et des ateliers.

(…)

Le bâtiment sera un édifice rigide, sobre et fonctionnel, d’un niveau de confort considérable, avec des espaces modulaires et modulables qui pourront systématiquement être réaménagés et/ou agrandis. » (PDF)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur un terrain d’environ 40 hectares, ces quelques 4500 têtes militaires décideront de la sécurité transatlantique. Ces intellos de la gâchette n’ont pas pour réputation d’être des marrants. Excepté dans les salles de muscu, quand ils comparent leurs haltères.

Mais leur proximité ne signifie rien. Après tout, 4500 / 176 956 habitants, ça ne représente que 2,5% de la population de Bruxelles-Capitale. Peut-être n’auront-ils aucune influence sur la vie bruxelloise.

Written by gringoteq

août 6th, 2014 at 5:30